Pourquoi et comment croire :

 

On me pose souvent la question, et l’histoire peut nous orienter, voir douter de ce qu’on entend, des médias, de nos valeurs, de nos convictions, de nos doutes. Le premier enseignement est de respecter chacun, sans se positionner, sans influancer, rester en ampathie. Croire, c’est aussi croire en rien, en aucun dieu, en aucune religion.
Mais c’est aussi croire en son desteint et en l’espérance d’un futur meilleur. C’est surtout croire en l’humanité existante avec ses travers, ses dirigeants, ses influences, son contexte .
 
La religion est né pour donner des réponses à l’après mort, depuis que l’homme à exprimer sa conscience. Des millions d’années après (et heureusement), cela reste un mystère. Par contre, si il faut donner une morale avant l’au-delà, pourquoi pas. On appel ca maintenant l’éducation, avec ses valeurs, ses principes. Certains se sont appuyer sur des principes religieux, pourquoi pas.
 
Je vais donc donner des informations sur celle qui me concerne, la religion catholique. Religion né en Orient et représenté par l’Eglise catholique de Rome…
 
Je divise donc maintenant deux points de vue :

- Religieux : La croyance en un Dieu reste une démarche individuelle, personnelle. Je ne parlerais jamais à personne de créateur, ou d’un Dieu qui aurait dit tel ou tel chose. Chacun doit lui-même aller puiser ses propres interrogations à travers sa propre démarche.
 
- Histoire Religieux : Pour moi le plus important. Il faut connaitre la lecture des textes dans leurs contextes religieux et sociales. C’est pour moi la définition de la théologie. Une recherche des pensées des textes de l’époque. Cette notion est la base des chrétiens à travers les penseurs tel que Irénée pour Lyon et les différents conciles. Les historiens et archéologues apportent des informations sur le contexte du discours. Le discours reste le même : l’autre
 

Il n’y a pas des Bibles, mais bien une seule Bible. Un seul texte compilé. Par contre, il existe plusieurs traductions de la bible. En français, il existe par exemple la bible de Jérusalem, la TOB et la Segond. Le texte reste le même, seule peuvent changer un mot, l’ordre ou un commentaire si la bible en est enrichie.

L’écrit répond à un besoin, cérémonie, liturgie, accès pour tous et diffusion, construction histoire commune, etc…

-          Par contre, il n’y a pas un livre, mais des livres. Tous ces livres ne sont pas tous reconnues entre les différentes religions. Ils constituent ce qu’on appelle le canon. D’autres textes hors Canon sont aussi accessibles (apocryphes).

-          Il n’existe pas une langue, mais des langues d’écriture (hébreu AT, grec NT et peut être en  araméen pour certains textes du Nouveau Testament.).

-          De ces textes il y a eu des traductions (grec = septante ; latin=vulgate). Il ne reste plus aucun texte d’origine, seulement des copies, de copies.

-          Il n’y a pas un support, mais des supports (voir plus bas)

-          L’histoire et l’archéologie nous permettent de retrouver des textes très anciens. Ces découvertes en différents endroits, et différentes époques, permettent de confirmer l’unicité du texte.

-          Il n’y a pas un auteur, mais des auteurs. Par exemple pour le nouveau testament, les textes dits évangiles ont été écrit (ou attribué) aux quatre évangélistes (Marc, Mathieu, Jean et Luc). Ils n’ont pas connu Jésus, mais sont des témoins de proches direct de Jésus. Le contenu est plus important que l’auteur. La connaissance de ce dernier peut être un outil pour comprendre le contexte et ainsi guider la lecture.

-          La Bible est avant tout le livre religieux. Pour l’AT, c’est l’histoire du peuple juif avec son Dieu, pour le NT, c’est Dieu qui s’est fait homme  pour s’adresser aux hommes. Ce qui fait pour moi que ce n’est pas le livre qui est sacré, mais son contenu, son message.

La bible est un livre aussi bien pour les historiens, que pour les croyants. En effet, pour l’historien, ils nous donnent des informations sur l’histoire d’un peuple les hébreux, mais aussi de tous ceux qui les ont côtoyé (peuple de la mer, etc….). Le croyant y trouve les fondements de sa foi. Mais pour les historiens, les archéologues et les croyants (théologie), la bible est aussi un support d’étude et de réflexion. A Lyon, nous avons la chance d’avoir eu l’un des plus grand Père de l’Eglise Irénée de Lyon.

 

Voir fichier joint

 

 

 
Attachments:
Download this file (Ecrit Bible.pdf)Ecrit Bible[Ecrit Bible]761 kB
Download this file (Exam1 Introduction Bible.pdf)Exam1 Introduction Bible[Exam1 Introduction Bible]35 kB
Download this file (Exam1 rattrapage Introduction Bible.pdf)Exam1 rattrapage Introduction Bible[Exam1 rattrapage Introduction Bible]81 kB